Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Zelda, Princesse bibliophile

Le Royaume blessé - R. J. Barker (Bragelonne, 2018-2019)

19 Octobre 2020, 17:15pm

Publié par Zelda

Je vous ai déjà parlé du Royaume Blessé, mais je ne voulais pas écrire sur cette série avant de l’avoir terminée.

C’est une trilogie de dark fantasy sur laquelle je suis tombée par hasard au travail. Enfin, presque par hasard : je suis tout de même allée voir les nouvelles acquisitions en fantasy, ce qui est une manière de provoquer le hasard.

 

 

Dans le premier tome de la série, l’Âge des assassins, nous rencontrons Girton Pied-bot, adolescent devenu assassin, et sa maîtresse, appelés par la reine de Maniyadoc pour protéger son fils, héritier du trône, d’une tentative d’assassinat qu’elle croit couver. Mais plus Girton enquête, et plus les choses se corsent, d’autant plus que le jeune héritier s’avère détestable.

Dans les deux tomes suivants, le Sang des assassins et le Roi des assassins, nous retrouverons Girton, cette fois-ci bien plus âgé et expérimenté, sollicité par le roi de Maniyadoc pour lever à nouveau le voile sur de sombres affaires internes.

 

 

Je dois l’admettre d’emblée, je n’ai pas eu de coup de coeur pour ces livres, mais j’en ai trouvé la lecture plaisante, voire rafraîchissante. 

Si les débuts rappellent le classique en fantasy du roman d’apprentissage, nous nous en éloignons suffisamment pour ne pas avoir l’impression de relire toujours la même chose. Girton a indéniablement des points communs avec Fitz, héros de Robin Hobb dans l’Assassin royal, mais le ton de l’histoire est très différent, et l’univers aussi. 

J’ai particulièrement apprécié le world building de l’oeuvre. En effet, le monde des Terres Lasses est dévasté et oppressant, sa magie inquiétante, et son histoire mystérieuse. La magie, dit-on, est à l’origine de cette acidité qui ronge le sol, et les mages sont traqués et exécutés sans pitié. Leur sang versé est la seule voie vers le rétablissement de la fertilité des terres. Dès lors, notre héros se trouve toujours sur le fil : il doit toujours veiller à cacher son don. 

Le style est efficace, sans être transcendant. Cependant, j’ai apprécié le côté “polar” de l’histoire. Chacun des tomes se suffit presque à lui-même, contenant une enquête entière jusqu’à sa résolution, généralement à l’origine de bouleversements politiques majeurs dans le royaume.

 

L’oeuvre a des défauts, outre son style peu élaboré : on repère de nombreuses facilités scénaristiques, en particulier l’emploi du deus ex machina. Son héros, aussi, semble toujours aussi immature, irréfléchi et borné de livre en livre, bien qu’on nous rabâche son incroyable compétence et l’expérience qu’il a acquis. Pourtant, chaque tome apporte une nouvelle couche de complexité à l’univers décrit, et donne de plus en plus d’épaisseur à chacun des personnages, rendant attachants ceux qui au début étaient sans relief. Je n’ai donc pas eu de mal à me plonger dans ces histoires et à me soucier du sort des divers protagonistes.

 

Pour apprécier le travail de R.J. Barker, et m’en faire une idée globale, j’ai eu besoin de lui donner une chance et de lire tous les tomes. Si la lecture du premier volume m’était sympathique sans plus, j’ai trouvé les suivants meilleurs, et je n’ai pas boudé mon plaisir !

Commenter cet article