Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Zelda, Princesse bibliophile

Lectures d'été, suite et fin

11 Octobre 2020, 17:15pm

Publié par Zelda

Ça y est, on ressort les plaids et on remet le chauffage : le changement de saison est là, signe pour moi qu’il est temps de refaire un point Lal-Pal, car comme toujours, j’ai lu d’autres choses cet été que les seuls romans policiers dont je vous ai parlé.


Du côté des romans

 

Je n’ai pas eu le temps de lire beaucoup d’autres romans, mais j’ai tout de même fini la trilogie du Royaume Blessé de R. J. Barker, dont je vous avais déjà parlé la dernière fois que j’ai évoqué ma Pile-à-Lire. J’ai apprécié cette lecture, et j’envisage donc d’en faire un article, pour pouvoir élaborer un peu sur ce que j’en ai pensé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avant celui-ci, il y avait aussi la Goûteuse d’Hitler, de Rosella Postorino sur lequel je pensais faire un article. Mais le manque de temps à l’époque, et le fait que cette lecture soit déjà loin dans mon esprit, me font préférer l’avis court que je vous donnerai ici. C’était une lecture très agréable, avec un style vif, plus factuel que poétique. Ce choix m’a plu, car je l’ai trouvé efficace : il s’adapte bien au côté “témoignage historique” du roman. Même s’il s’agit d’une pure fiction, des femmes qui goûtaient les plats destinés à Hitler pour le protéger d’un empoisonnement on bel et bien existé. J’ai apprécié la façon dont le roman explore l’expérience intime de l’époque, les questions et les cas de conscience qu’on pouvait se poser, sans être dans un jugement, dans une vision trop manichéenne des événements.
 

Plus récemment, j’ai eu envie de retrouver des vieux classiques, inspirée dans mon envie par une demande de conseil d’une lectrice au travail ! Il n’y a rien de tel qu’une valeur sûre pour vibrer, aussi je me suis tournée vers l’auteur de Dracula, Bram Stoker, pour satisfaire mon envie de fantastique et de mystères aux allures gothiques. Je reparlerai aussi de ce roman, Le Joyaux au Sept Étoiles, dans une prochaine chronique.


Enfin, je viens de finir Le Message, de Joe Haldeman, roman de science-fiction où se côtoient la possibilité d’un premier contact avec une espèce extraterrestre, des politiciens dangereux, des mafieux, des drogues futuristes, et une dose de complotisme. Un roman très court mais très dense. J’ai aimé sans plus, mais je lui reconnais un univers prenant et crédible, et des personnages fascinants. Il a aussi le mérite d’être très actuel dans son propos et fait étrangement écho à des situations politiques récentes. Peut-être que je donnerai une autre chance à cet auteur en testant une autre de ses oeuvres.

Des lectures BD plus soutenues

 

A part ça, j’ai surtout lu des mangas, histoire de me mettre à jour sur plusieurs séries : j’ai terminé Au-delà de l’apparence, et continué plusieurs autres shōjos mignons (mais pas au point de mériter une chronique, même express) comme Cheeky Love ou Banale à tout prix (un jour, je devrais vous concocter un article sur ma passion pour les shōjos romantiques).

J’ai aussi commencé de nouvelles séries, dont le très intéressant Trace, un thriller qui suit un médecin légiste marqué par le meurtre de sa famille lorsqu’il était enfant. L’œuvre est parsemée d’explications scientifiques sur les techniques employées par les légistes et l’on peut en apprendre beaucoup sur le déroulement d’une enquête. On pourrait lui reprocher un côté un peu “froid” mais personnellement, j’ai trouvé que cette froideur presque chirurgicale collait bien au sujet. J’ai hâte de lire la suite !
 

Autre nouvelle série, le seinen En proie au silence, qui montre que les japonais s’emparent enfin avec sérieux du sujet du harcèlement et des agressions sexuelles. Je n’accroche pas tellement avec les dessins, j’ai trouvé les proportions des corps humains un peu étranges parfois, et pour l’instant j’ai du mal à cerner si ce que pense le personnage principal n’engage qu’elle ou si le mangaka parle à travers elle. Je ne suis pas d’accord avec tout ce qui y est dit, mais j’attends de voir la suite qui pourra apporter des nuances intéressantes. Quoiqu’il en soit, j’y ai trouvé suffisamment de potentiel pour avoir envie de lire la suite.


 

Enfin, j’ai beaucoup apprécié les deux one-shots Shino ne sait pas dire son nom, de Shûzô Oshimi, et Nos yeux fermés, d’Akira Sasô. Je voudrais me prendre le temps de développer ce qui fait leur intérêt alors je ne m’étalerai pas ici.


J’ai tout de même fait une incursion du côté du format franco-belge avec le quatrième tome de la Petite Mort de Davy Mourier, V pour Vegan. Incisif, percutant et même grinçant par moments, drôle et déprimant à la fois, j’ai trouvé que ce volume était une véritable réussite.

 

Un dernier pour la route

 

Je me tourne plus rarement vers les documentaires, mais cela ne veut pas dire qu’ils ne m’intéressent pas. J’ai lu également un essai de sociologie assez court, Descente au cœur du mâle, de Raphaël Liogier, ouvrage qui m’a attiré car il explore les interrogations soulevées par le mouvement MeToo du point de vue d’un homme (du genre capable de se remettre en question, et qui ne s’imagine pas que le féminisme a pour objectif de le castrer). Ce livre est bien documenté, avec un bel apport de réflexions philosophiques, sociologiques, historiques même, étant donné qu’il est très court. Je vous avoue que ma lecture a été quelque peu gâchée par les nombreuses coquilles, mais je considère tout de même que c’est un bon livre pour qui veut élargir sa vision des choses.

 

Le programme à venir

 

Il est temps pour moi de finir cet article déjà très long, avec comme toujours le point rapide sur mes futures lectures.

J’ai encore une petite pile de mangas pour m’occuper dans le tram (dont la fin du formidable Chocotan dont je pense aussi vous parler dans un autre article - bon sang j’en ai des choses à écrire !), et aussi trois BD franco-belges : Seules à Berlin, Tu mourras moins bête… mais tu mourras quand même, tome 2, et Tant pis pour l’amour. Ou comment j’ai survécu à un manipulateur. Ce dernier est d’ailleurs bien épais…

En parlant d’épais, je viens de commencer la relecture de la troisième trilogie du Royaume des Anciens de Robin Hobb, qui va de nouveau m’occuper un moment, et j’ai rajouté sur mon chevet un recueil de nouvelles horrifiques d’Andrevon, histoire de satisfaire mes besoins en frissons à l’approche d’Halloween.

 

Commenter cet article