Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Zelda, Princesse bibliophile

Bilan culturel de 2020 : le négatif

3 Janvier 2021, 18:15pm

Publié par Zelda

Voici la suite de mon bilan culturel de 2020 ! Comme nous avons abordé hier ce que j’en retiens de positif, je vais aujourd’hui me pencher sur le négatif, avec deux catégories distinctes : les coups de “mêh” pour les fois où j’ai trouvé que c’était moyen ou sympa sans plus, et les coups de “argh” pour toutes les fois où j’ai levé les yeux au ciel.

Quand on choisit un nouveau livre, un nouveau film, une nouvelle série, on ne gagne pas à tous les coups. Il y en a forcément dont on est déçus. Pourtant, si j’ai quelques  “mêh” concernant les livres (que je ne me prendrai pas le temps de lister), il y en a très peu dont je regrette amèrement de les avoir lus. 

Ce bilan sera plus dense en ce qui concerne l’audiovisuel !

 

Les coups de “mêh”... 


J’ai eu moins de succès avec les séries et les films qu’avec les livres, et les déceptions s’accumulent.

Je suis toujours un peu fâchée par la vacuité de The Mandalorian (vous pouvez lire mon avis détaillé ici), et je ne vous cache pas que j’hésite à regarder la saison suivante, de peur d’être encore déçue. Et je suis encore plus fâchée de l’annulation de la suite de The Dark Crystal : Age of Resistance !

Enfin, j’en suis déconfite, mais je me vois contrainte d’attribuer un “mêh” à la série culte Twin Peaks que j’ai commencé à visionner avec mon homme en cette fin d’année : le début est excellent, mais à partir du milieu de la saison 2, ça devient très poussif, au point que nous nous forçons à regarder juste pour connaître le fin mot de l’histoire. Il paraît que la saison 3 est un coup de maître, alors nous prenons notre mal en patience…

 

Le “mêh” ciné de l’année est pour Tenet : il est intéressant par les thèmes et les symboliques qu’il développe, puis j’ai trouvé Pattinson excellent, et c’est très joli, mais j’ai trouvé qu’il faisait aussi un peu trop d'esbroufe pour noyer le poisson : si on épure les voyages dans le temps qui nous embrouillent, c’est un bête récit d’espionnage très classique aussi bien dans ses personnages que ses rebondissements.

A la maison, nous avons un peu regretté le visionnage du perché mais ennuyeux Valhalla Rising. Après avoir lu des critiques à son sujet, j’en comprends l’intérêt, mais on va le dire sans fard : ce genre de films n’est pas du tout ma tasse de thé.



 

… et les coups de “argh”

 

 

 

Les oeuvres reliées dont je me dis, avec le recul, que j’aurais bien aimé m’en passer, sont le roman Une Sirène à Paris (pour en savoir plus, je vous invite à lire mon article sur ce roman de Mathias Malzieu) et le manga Legendary love, shôjô dont la niaiserie n’a d’égale que son absurdité.

 

 

 

Je n’ai pas de gros “argh” qui me vient à l’esprit quand je repense aux séries que j’ai regardées, et puis de toute façon je ne me forcerais pas à regarder en entier une série que je n’aime pas du tout.

 

Mon coup de “argh” ciné va sans l’ombre du moindre doute à l’horrible The Trouble with being born, vu lui aussi dans le cadre du FEFFS. C’est un film ennuyeux comme la pluie, et de surcroît très dérangeant. Il est très controversé depuis sa sortie, parce qu’il n’est pas loin d’esthétiser la pédophilie. Fuyez. J’ai perdu deux heures de ma vie et dans une année aussi pourrie, c’est cher payé.

Enfin, je voulais voir les Goonies parce que c’est un film familial culte à côté duquel j’étais passée dans mon enfance, et j’ai été très déçue parce que c’était nul de bout en bout : les blagues tombent à plat, la mise en scène est parfois un peu décousue, les personnages de ces enfants qui ne communiquent qu’en criant sont agaçants, et puis les blagues sur les gros, pouah, quelle horreur.

Commenter cet article