Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Zelda, Princesse bibliophile

La Princesse au visage de nuit – David Bry (l’Homme Sans Nom, 2020)

4 Avril 2021, 17:15pm

Publié par Zelda

J’ai fini ce livre il y a déjà quelques semaines, mais après le manque de temps est arrivé le syndrome de la page blanche. Pourtant, je m’étais fixé de rédiger un article sur chacun des romans de la sélection du Prix Imaginales des Bibliothécaires, et je compte bien m’y tenir. J’ai donc dû me secouer un peu les puces pour vous pondre l’article que voilà !

 

Après l’accident de voiture qui a coûté la vie à ses parents, Hugo est contraint de retourner dans le village de son enfance, sur la trace d’un passé douloureux dont il a presque tout oublié, en particulier la nuit de la Saint-Jean lors de laquelle sa vie avait basculé une vingtaine d’années plus tôt. Malheureusement pour lui, ce qui ne devait être qu’une journée de formalités se transforme en un séjour plus long, lors duquel il cherchera à lever le mystère sur une légendaire princesse cachée dans la forêt qui exaucerait les vœux des enfants venus l’y trouver, et qui semble liée au destin de ses parents, et au sien.

 

Retour au fantastique pour moi avec ce roman court mais prenant de David Bry. Il se différencie cependant d’Au bal des absents par son style et son ambiance très différents, plus mélancoliques et poétiques mais tout aussi efficaces.

Ce roman intègre intelligemment des éléments fantastiques à une intrigue policière vouée à lever le voile sur les drames intimes ayant touché les personnages dans leur enfance. On découvre progressivement les tourments du héros, mais aussi ceux des deux autres enfants l’ayant accompagné jadis dans la forêt, à la recherche de la fameuse princesse, à leurs risques et périls. L’œuvre est donc assez triste, voire déprimante, tout en frôlant le plaidoyer contre les violences faites aux enfants.

L’histoire est prenante et les personnages sont attachants, même si je regrette un développement assez inégal pour certains d’entre eux, notamment les amis parisiens d’Hugo qui souffrent d’un traitement légèrement trop superficiel à mon goût. J’aurais aimé en savoir plus sur eux et leurs propres difficultés plutôt que de ne faire que survoler le sujet pendant les rares passages où ils sont présents. Cependant, la gestion du suspense et du rythme des révélations successives est bonne et il n’y a pas vraiment de temps morts, ce qui fait de ce livre un excellent page-turner.

La résolution de l’histoire m’a peut-être laissée un peu sur ma faim après avoir fait tant monter la sauce, mais elle est globalement satisfaisante et j’ai passé un très bon moment jusqu’au bout.

 

Enfin, mention spéciale à l’objet qui est assez beau, illustré de branchages à chaque début de chapitre histoire de bien vous plonger dans l’atmosphère de cette forêt mystérieuse !

 

 

 

 

Je commence à m’inquiéter parce que les trois livres que j’ai déjà lus pour cette édition m’ont tous beaucoup plu, et je serais bien en peine de voter pour l’un plutôt que pour un autre...

Commenter cet article