Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Zelda, Princesse bibliophile

Bilan 2021 : le négatif et les pespectives

31 Janvier 2022, 17:15pm

Publié par Zelda

Et voici venue la suite de mon bilan culturel de l’année passée : le négatif ! Bien-sûr, j’en profiterai pour aborder mes objectifs pour 2022.


 

Les coups de "mêh"...


 

 

Année des séries pour moi : j’ai aussi regardé Brooklyn Nine-Nine avec mon homme, à force d’en entendre parler… et j’ai aimé, comme tout le monde, avec un bémol pour la dernière saison où j’ai eu l’impression que les scénaristes n’avaient soit plus rien à dire, soit plus l’envie de le faire, soit trop peur de le faire. C’était trop woke, même pour moi. A marcher sur des œufs tout le temps, on ne crée pas d'œuvre intéressante. Dommage.

Très déçue aussi par la série Foundation que j’attendais beaucoup, mais je vous en reparlerai plus en détail dans un article à venir (dans pas trop longtemps, j’espère).


 

Au cinéma, l’année est marquée par la sortie tant attendue de Kaamelott, premier volet, et j’étais triste de ressortir de la salle avec une impression mitigée. Le film n’est pas mauvais, il y a des passages que j’ai aimés, et je ne me suis pas ennuyée, mais à mes yeux, c’était une redite de la série, alors que j’aurais aimé qu’il apporte quelque chose de nouveau. J’ai eu la sensation de tourner en rond, car Arthur ressasse encore les mêmes doutes qu’on pensait désormais derrière lui, et les mêmes blagues sont recyclées alors que j’en attendais des nouvelles… 


Et le livre qui m’a le plus déçue est le Chant des Cavalières, que je me réjouissais de lire avant les Imaginales et qui n’a finalement pas tenu ses promesses. Je vous en ai déjà parlé alors je ne m’étendrai pas.


 

et les coups de "argh"


 

La palme du film qui m’a le plus fait regretter le temps passé devant ma télé cette année revient au sirupeux N’oublie Jamais. J’aime Ryan Gosling et sa mèche, donc j’ai regardé jusqu’au bout, mais c’est vraiment tout ce qu’il y avait à sauver… Le film enchaîne les clichés, et la romance est non seulement peu crédible, mais toxique en plus de ça. Cela m’agace au plus haut point qu’on veuille me la vendre comme quelque chose de romantique qui devrait me faire rêver. Non, un mec qui menace de se jeter du haut de la grande roue si on refuse de sortir avec lui, ce n’est pas romantique, c’est FLIPPANT. C’est tout. La partie qui nous montre les personnages beaucoup plus âgés, aux prises avec les troubles de la mémoire, m’a bien plus intéressée. Je pense que j’aurais bien mieux aimé et que j’aurais été beaucoup plus touchée si on ne les avait jamais vus jeunes, à vrai dire.


 

La bonne nouvelle, c’est que je n’ai aucun Argh bien senti côté littérature et bandes dessinées cette année ! 

Conclusion : une année globalement positive sur le plan culturel, avec très peu de grosses déception. J’espère que ce sera pareil pour 2022 !


 

LAL-PAL 2022


 

Et les perspectives pour l’année à venir ? Eh bien, ma foi, ma PAL est déjà bien remplie…

Pour commencer, il y le Robin Hobb entamé à terminer, et les 5 romans et les 5 BD de la sélection des prix Imaginales des bibliothécaires (bon, en vrai, j’en ai déjà lu un en janvier). Et puisqu’on parle de Robin Hobb, patronne de mes émois littéraires, je voudrais au moins finir le 4e cycle du Royaume des Anciens, ce qui est tout à fait faisable vu que j’en ai presque lu la moitié.

Cela fait déjà 12 livres dont 7 romans… Je voudrais aussi lire encore cette année les livres qu’on m’a offert l’an dernier :

  • celui offert par une amie, Meurtres et pépites de chocolat, de Joanne Fluke

  • celui offert par ma mère, la Vie seule, de Stella Benson

  • la BD offerte par mon compagnon, les Espionnes racontent, de Chloé Aeberhardt et Aurélie Pollet

 

 

Fin 2021, j’avais déjà établi une courte liste de titres que je souhaitais lire prochainement, piochée dans ma Liste-à-lire :

  • Chinatown, intérieur, de Charles Yu

  • Mon mari, de Maud Ventura

  • Calame, tome 2 de Paul Beorn

  • Dent de dinosaure, de Michael Crichton

  • la Bibliothèque Noire, de Cyrille Martinez

Et j’ai déjà demandé au boulot à ce qu’on me mette de côté un roman de Graham Masterton qui m’a fait de l'œil quand je l’ai catalogué… (vous pouvez le voir dans la Pile !)

 

Commenter cet article