Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Zelda, Princesse bibliophile

Bilan 2021 : le positif

30 Janvier 2022, 17:15pm

Publié par Zelda

Voici venue l’heure du bilan 2021, que je me prends le temps d’écrire même si j’ai de moins en moins de temps à consacrer à mon blog depuis que j’ai changé de poste.

L’an dernier, j’espérais que nous verrions le bout du tunnel de la pandémie en 2021. La situation sanitaire actuelle écrase ces doux rêves bien cruellement en ce début d’année particulièrement chargé en contaminations. Combien de temps pourrai-je encore passer entre les mailles du filet ?

Si 2022 ne sonnera pas la fin de la pandémie, je me consolerai au moins avec de belles lectures… et si 2021 ne m’a pas apporté l’embellie escomptée, elle m’a apporté d’autres joies, et davantage de belles découvertes littéraires et audiovisuelles. Et c’est aussi l’année où je me suis vraiment mise au livre audio !

Mais d’abord : des chiffres !

J’ai moins lu que l’année précédente, semble-t-il, car d’après Goodreads, je n’ai lu que 144 livres. Même en comptant ceux que je n’ai pas pu ajouter, je ne rattrape pas le chiffre de l’année précédente. Toujours composées d’une grande majorité de mangas, mes lectures n’ont pas atteint mon objectif de représentation escompté : si l’on ne compte pas les mangas, je n’ai encore une fois lu que des blancs, et davantage d’hommes que de femmes. Il faut vraiment que j’élargisse mes horizons…

J’ai aussi passé 397 heures devant les écrans, séries et films confondus, avec un pic au mois de mars, correspondant sans doute au presque binge-watching de la série danoise The Killing pendant que j’étais en arrêt. Le mois lors duquel j’ai vu le plus grand nombre de films est novembre (11), et j’en ai vu 62 en au total.

 

Cette année encore, la partie coups de cœur est assez longue, je ferai donc un second article coups de « mêh » et de « argh ».

Mes coups de cœur 2022

 

Lectures

 

 

Mes coups de cœur de l’année côté romans proviennent cette fois du prix Imaginales des bibliothécaires : j’ai vraiment adoré Au bal des absents et Les Hurleuses. Je me suis sentie bête face à Catherine Dufour sur son stand, lorsque j’ai voulu lui dire combien j’ai trouvé son livre excellent et pour quelles raisons, et que j’ai fini par bafouiller des trucs complètement décousus…

Même chose en BD, c’est pour Peau d’Homme que je me suis le plus enthousiasmée !

Tous ces livres, je vous en ai déjà bien parlé, , et

 

Mais d’autres m’ont également procuré de très bons moments, comme La disparition de Josef Mengele d’Olivier Guez, que je voulais lire depuis longtemps et qui démystifie le “monstre” en montrant qu’il était un homme finalement bien peu remarquable. Cette expérience de lecture fut encore améliorée par le fait que c’était un livre audio, lu par son auteur, qui vous plonge dans une ambiance particulière. Pour ceux qui ne connaissent pas, ce roman de non-fiction raconte les années d’exil après la Seconde Guerre Mondiale du terrible médecin d’Auschwitz qui a réalisé d’horribles expériences scientifiques sur les prisonniers. Le récit de ces atrocités fait froid dans le dos, mais il est encore plus rageant de se dire qu’au final, il était d’une banale médiocrité jurant avec l’aura maléfique qui lui a valu d’être surnommé “l’ange de la mort”.

 

Et bien-sûr, j’ai encore avancé dans ma lecture des Robin Hobb : j’ai fini la relecture de la deuxième trilogie de l’Assassin royal, et j’ai commencé les Cités des Anciens (the Rain Wild Chronicles en anglais). Je suis même déjà sur le point de finir le second tome ! C’est toujours aussi prenant, et elle a l’art de créer toujours des personnages complexes et attachants, mais je trouve à ce cycle un petit côté “feux de l’amour” même si ça ne me dérange pas. En tout cas, je suis ravie de pouvoir découvrir de nouveaux livres d’elle, c’est excitant de ne pas savoir à l’avance dans quoi je m’embarque, tout en ayant l’assurance que le chemin sera long, épique, et éprouvant !

 

Côté mangas, c’est la bluette @Ellie : #jenaipasdepetitami qui se détache à mes yeux, très légère et au scénario convenu certes, mais à l’héroïne si attachante ! J’ai retrouvé ma jeunesse en me reconnaissant un peu dans cette serial fantasmeuse, qui m’a fait éclater de rire de nombreuses fois.

 

 

Enfin, le documentaire Cessez d’être gentil, soyez vrai ! a fait mouche auprès de moi : j’ai apprécié son ton bienveillant et optimiste, et j’ai eu envie de mettre en application ses bons conseils de communication non-violente. Si tout le monde le faisait, notre société serait tellement plus belle !

Visionnages

 

 

En ce qui concerne la production audiovisuelle, je retiens surtout les heures que j’ai passées ensorcelée par la série policière danoise the Killing dont je parlais déjà en introduction (c’est dire combien elle m’a marquée !). Cette série n’est pas toute récente mais je ne peux que la recommander chaudement !

Autre série très appréciée, Mum, qui suit le quotidien d’une veuve britannique si flegmatique qu’elle se laisse un peu (trop) marcher sur les pieds par ses proches. Bourrée de personnages hauts en couleur, à la fois drôle et touchante, cette comédie douce-amère est parfaite pour redonner le moral sans vous bousculer. J’aurais voulu qu’elle soit plus longue !

 

Mes films de l’année : Jungle Cruise, le Dune de Villeneuve, et le Loup de Wall Street.

Dune, c’est évident, était un film d’autant plus attendu qu’il avait été repoussé d’un an à cause de la crise sanitaire. Très fidèle à la fois au livre et à la patte de son réalisateur, c’est une œuvre qui a su me prendre totalement dans son ambiance étrange.

 

Jungle Cruise, lui, c’est tout ce que j’aime : du divertissement décomplexé, léger et drôle, avec de belles cascades et de beaux effets spéciaux, et un super casting (moi, j’aime les films de Dwayne Johnson dans la jungle). Mais même si le scénario est aussi léger que le ton de l’objet filmique, il fonctionne, sans doute grâce au talent de ses interprètes qui avaient l’air de s’éclater. Et du coup, moi aussi je me suis éclatée. Je me suis même davantage amusée que ce que j’en attendais ! C’est le genre de films sur lesquels il est très facile de cracher : ses ambitions elles-mêmes sont du pain béni pour ses détracteurs. Mais je revendique le droit aux productions culturelles d’être réussies sans être intellos, tout particulièrement dans une période aussi déprimante que celle de cette crise sanitaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et puis j’ai ENFIN vu le Loup de Wall Street, et si ce n’est pas mon genre de film (les trucs de gangsters, que ce soit la mafia ou les gugus de la finance, bof), j’ai été scotchée par la performance absolument hallucinante de Leonardo Di Caprio. Je ne comprends pas qu’il n’ait pas été oscarisé pour ce film. Rien que pour la scène où il essaie de rentrer dans sa voiture alors qu’il plane totalement, il faut le voir.

J’ai vu plein d’autres films très sympas bien-sûr, mais voilà ceux que je retiens le plus.

 

La suite du bilan demain !

Commenter cet article