Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Reika's place
  • Reika's place
  • : Du cinéma, de la littérature, et un peu de féminisme au milieu.
  • Contact

Recherche

27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 11:10

 

  L'autre jour, je vous parlais de ce grand rigolo qu'est le prince charmant de contes de fées. Nous étions donc amenés à nous dire qu'il n'était pas en totale adéquation avec l'idée que nous nous faison de l'Homme idéal, celui qui est sensé nous apporter le bonheur sous toutes ses formes. Mais alors, comment décrire cet idéal? En quoi ou en qui est-il incarné? Je vais encore une fois tenter d'aborder cette question cruciale sans la résolution de laquelle notre monde s'écroulerait.

 

  Les femmes fantasment autant que les hommes, mais souvent d'une autre manière: moins portées sur les choses physiques (parait-il) nous aimons rêver d'histoires d'amour romantiques: harlequins, comédies romantiques, drames sentimentaux, shôjos... Elles se déclinent sous plusieurs formes.

  Mais la figure emblématique de toute cette production de fictions sentimentales reste (et restera, à mon avis) l'oeuvre de Jane Austen. Elle n'a écrit que des histoires d'amour à faire fondre tout le monde. Toutes ses héroïnes finissent par trouver l'Homme, leur version actualisée et en théorie plus réaliste de Prince Charming.


 

http://2.bp.blogspot.com/_0HJ191Gsfqw/TSoB-LBfYlI/AAAAAAAAL2Q/H6GLiUf_DvY/s1600/alan-rickman-colonel-brandon-black.jpgAlan Rickman en Colonel Brandon dans Raison et Sentiment

 

 

  Quelque soit votre favori parmi tous ces personnages masculins formidables, conquérant souvent le coeur de nos héroïnes meutries après le passage d'un malotru hypocrite et superficiel ("oooh Willoughby, Willoughby!" pleurait Kate Winslet sous la pluie avant de choper une crève monumentale), il faut bien reconnaître que Jane nous dépeint des hommes hors du commun. Il va sans dire que ces hommes sont  indépendants, riches, et propriétaires de confortables manoirs. Ils sont généralement assez austère, et donc peu vendeurs comparés aux jeunes fringuants beaux-parleurs qui leur chourent l'attention de leurs belles. Ils parlent peu, mais ne l'ouvrent que pour dire des choses soit très profondes, soit respectueusement polies et discrètes. Ce sont des hommes accomplis, intelligents, cultivés, mais qui ne s'en vanteront jamais - on ne le saura donc pas forcément tout de suite. Ils ont un grand sens de la justice et beaucoup de principes moraux qu'ils appliquent d'une façon parfois déconcertante, poussant nos héroïnes à les croire coincés et intolérants quand ils ne sont que coeurs nobles et bienveillants.

 

 

http://02.img.v4.skyrock.net/02d/lovelydarcy/pics/2132819035_1.jpgL'homme idéal ne sourit pas et ne parle pas: ses lèvres restent résolument collées ensemble.

 

 

  Toutes ces bonnes qualités les feront malheureusement passer dans un premier temps pour des hommes ennuyeux, coincés, réservés, et peu sympathiques, qui suscitent au mieux les moqueries des femmes, au pire leur totale indifférence. Mais leur constance, leur bravoure et leur dévouement finirons par éclater au grand jour lorque l'héroïne se retrouvera dans le besoin. Logiquement, elle en tombe amoureuse.

 

  J'aimerais faire remarquer qu'ils ont le profil correspondant à ce brave Jean dont je vous parlais plus tôt ( Petits conseils de drague à l'attention de ces messieurs hétéros ). Comme quoi, on ne craque pas forcément sur le genre d'homme sur lequel on croit fantasmer. En fait, on court toutes après un Willoughby ou un Wickham, et un finit par se faire ramasser à la petite cuillère par un Colonel Brandon ou un Darcy.

 

  Attardons-nous sur ce dernier.

 

  C'est un fantasme qui perdure et se renouvelle. Nombreux sont les romans qui font réapparaître son personnage ou qui lui rendent hommage, comme par exemple, tiens, quelque chose de connu: le Journal de Bridget Jones. Oui, ce roman reprend grosso modo l'intrigue principale autour de Darcy, et l'écrivain a très subtilement appelé son personnage Darcy. Au cas où on ne percuterait pas qu'il y a une référence littéraire derrière. Bridget fricote avec un bel enfoiré sexy en la personne de Hugh Grant, qui lui sort des phrases romantiques cul-cul du genre "pouuur toiiii je n'ai qu'un seuuul chaaaant,..." (vous connaissez la suite maintenant ;) ). Et puis elle rencontre Darcy, ce type taciturne aux pull-overs moches à motifs alpins (qui étaient à la mode cet hiver, ça m'a bien fait marrer, tiens), qui a le malheur de dire à Bridget qu'elle craint mais que bon il l'aime quand même, en partie parce qu'elle craint, justement.

  Alors Bridget, elle préfère Hugh, surtout qu'il lui apprend que Darcy a été méchant avec lui et que donc il faut qu'elle le console. Sauf qu'elle apprend plus tard, à la manière d'Elizabeth, qu'en réalité c'est Wickham... euh pardon Hugh qui n'a pas été correct avec Darcy. Et paf, ça fait des chocapics d'amour: elle réalise qu'en fait, le taciturne est une espèce merveilleuse avec laquelle il ferait bon vivre.

 

  Pour la petite anecdote, Colin Firth, ce Darcy dépoussiéré, a d'abord incarné son original dans un film qui a marqué toute une génération de femmes.

 

http://i.telegraph.co.uk/multimedia/archive/01212/colin-firth-460_1212763c.jpgLe charme dévastateur de Colin Firth

 

 

  Pour conclure, messieurs, si vous devez ressembler à un personnage de fiction pour nous plaire, il faudra que ce soit lui. C'est un fait universellement reconnu, Mr Darcy est un fantasme féminin acclamé et dont la popularité ne se dément pas. Colin Firth Darcy, c'est l'homme idéal. Mais mesdemoiselles, reconnaissons-le: Darcy n'est qu'un fantasme écrit par une femme, pour les femmes.

 

  Cela dit, il est plus réaliste que Prince Charming, et parfaitement conforme à nos attentes.

  Plus important encore, son caractère peu avenant au départ est aussi une façon de montrer à ces garçons maladroits et peu bavards que tout n'est pas perdu pour eux. Car si nous aimons nous tourner vers ce qui brille le temps de nous divertir, une fois la désillusion venue, au fond, ce sont peut-être eux, notre vrai type d'Homme.

 

 

Mlle Bennet

Partager cet article

Repost 0

commentaires