Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Zelda, Princesse bibliophile

Les méchants, ces perdants

11 Mai 2012, 11:00am

Publié par Reika

  Un jour, je suis allée voir Thor.

 

  Honnêtement, je l'ai trouvé très inégal. Mais à ma grande surprise, j'ai eu un gros coup de coeur pendant ce film, pour le méchant.

  Je vous ai déjà parlé de mon affection pour le personnage de Loki, je ne m'attarderai donc pas trop sur lui (même si j'en meurs d'envie). Mais il a quand même ravivé mon opinion déjà bien installée que les méchants des films sont bien souvent beaucoup plus intéressants que les gentils. Beaucoup de gens pensent de la même manière et j'en suis ravie. Ce qui revient moins souvent, c'est de penser que les soi-disant gentils ne valent pas forcément mieux. En dehors du formidable Avengers qui souligne les imperfections de chacun de ses héros (ce qui à mon avis, les rend tous mille fois plus intéressants), on ne remet en général pas en cause les qualités du gentil. Voilà qui a donc relancé mon envie d'écrire un article sur cette lutte manichéenne entre les beaux gentils et les vilains méchants.

L'irréprochable gentil blond et le vicieux méchant aux cheveux noirs

L'irréprochable gentil blond et le vicieux méchant aux cheveux noirs

  Je trouve que le gentil, souvent... c'est un con, franchement.

  Pourquoi je dis ça ? Parce que je les trouve très obtus, ces héros. Oh, oui, ils sont pleins de bonnes intentions, et ils veulent civiliser la planète pour vivre au pays des Bisounours, tout ça tout ça... mais dans leur vision du monde, il n'y a pas de place pour d'autres points de vue que le leur. Ils symbolisent à merveille cet Occident paternaliste et autrefois colonialiste qui prétend sans se remettre en question qu'il va apporter le progrès et la civilisation partout où il passe.

Plus le temps passe, et moins j'aime les gens qui veulent faire croire que eux, ils savent ce qui est bon pour nous. Ils ont beau emballer tout ça dans de la guimauve, je ne peux pas m'empêcher de penser que cette attitude a le tronc pourri à sa base.

  Ils font exactement ce qu'ils disent vouloir empêcher les "méchants" de faire, à l'image de ces fervents défenseurs de la démocratie qui bloquaient ma fac pendant les grèves contre le CPE, en faisant des pieds et des mains pour que notre vote (contre le blocage) ne soit pas pris en compte. Ils nous tenaient sans arrêt de grands discours sur la liberté, le libre arbitre, et la démocratie, mais leurs méthodes étaient tout sauf démocratiques.

  Allez vous promener au milieu de partis politiques et d'associations qui disent oeuvrer pour le bien commun, et je vous garantis que vous tomberez toujours sur des gens qui cherchent avant tout à s'imposer eux-mêmes, et leur mode de pensée.

 

  Mais assez parlé des gentils, ce sont les méchants qui m'intéressent.

  Quand j'étais petite, je jouais aux barbies.

  Jusqu'ici rien de surprenant, sauf que j'y jouais avec mon frère, et nos scénarios ressemblaient plus à des thrillers et à des films d'espionnage qu'à des comédies romantiques. Je vous raconte pas le nombre de dealers et de psychopathes à qui on est allés casser la gueule. Mes voitures ont morflé d'ailleurs. Le camping-car, aussi. Trop d'embuscades...

  Mais je m'égare. Je vous raconte ça parce que bien-sûr, nous faisions toujours gagner les gentils. Enfin, mon frère les faisait gagner, étant donné que c'est lui qui décidait du tournant que prenait l'histoire. Moi, je n'étais là que pour répéter les répliques qu'il attribuait à mes poupées ("et alors là, tu dirais ça ! Mais non, pas comme ça !!" - un vrai réalisateur capricieux en herbe). Je ne protestais pas, mais intérieurement, j'éprouvais de la compassion pour ces personnages de vilains qu'on inventait, et qui finissaient invariablement vaincus, malheureux, et submergés par  les échecs. Je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que ce n'était pas étonnant qu'ils soient de mauvais poil tout le temps, avec le manque de bol qu'ils avaient dans la vie et tout l'acharnement dont ils faisaient l'objet. Toujours malheureux, toujours en échec, et toujours rejetés par tout le monde.

  Et puis un jour, je me suis rebellée. Je me suis fâchée, et j'ai demandé pourquoi le méchant, il gagnait jamais. Enfin, la méchante, en l'occurrence, parce que j'avais quand même beaucoup moins d'exemplaires de Ken, et le peu que j'avais servaient de chéris aux héroïnes (un homme, ça sert à rien d'autre que se reproduire, je vous l'ai pas déjà dit ?). Après une âpre négociation, j'ai enfin obtenu gain de cause pour cette brave Nathalie (ouais, ça m'a tellement marquée que je me souviens encore de son nom, et même de la robe que je lui avais mise). Je crois que c'était la meilleure fin qu'on ait inventée.

 

  Au fond, je n'aime pas trop ce lynchage en règle des méchants, parce que, tout comme Tom Hiddleston (celui qui incarne Loki, pour ceux qui ne le connaîtraient pas encore), je crois que les "méchants" de ce monde ne sont pas conscients de l'horreur de leur conduite. Ils croient vraiment faire pour le mieux, et sont avant tout des personnes en souffrance.

  Oui, voilà, c'est ça. Je suis devenue endurante aux mauvais traitements, parce qu'à chaque fois, je me dis que pour en être réduit à ces extrémités, la personne en face de moi doit être à l'agonie. Et de penser ça, ça me fait toujours remuer un truc dans le ventre. Parfois, même, ça perturbe mes glandes lacrymales.

 

  Et des fois je me dis que le monde se porterait peut-être mieux si les traditionnels gentils essayaient davantage de comprendre et de réconforter les "méchants" au lieu de juste leur casser la gueule.

Commenter cet article
K
Bowser doit avoir un énorme problème psychologique alors.<br /> Sinon y a des méchants que je trouvent sympa. Genre l'agent Smith, le mérovingien, Dark Vader (lui est vraiment tourmenté)...
Répondre
A
*retient son point Godwin sur la conclusion*<br /> <br /> <br /> Ceci est un commentaire sponsorisé par L'ACUQSR, l'Association des Commentaires Utiles Qui Servent à Rien. Merci de votre attention.
Répondre
R
<br /> <br /> Mais naaaan, vas-y lache toi :D<br /> <br /> <br /> <br />