Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Zelda, Princesse bibliophile

Un homme, un vrai : dans la fiction

8 Mars 2012, 11:00am

Publié par Reika

  Puisque je n'étais pas satisfaite de mon exploration de ce qu'est l'homme standard dans les pubs, je reprends ma quête sacrée : découvrir ce que c'est qu'un homme, un vrai.

 

  Afin de regonfler leur égo de mâles, allons donc voir comment les médias mettent en avant leurs qualités. Quels sont les modèles que l'on propose à ces messieurs de suivre ?

  Au cinéma, à la télé, il y a plein de héros à la démarche virile (les jambes écartées et les genoux pliés, comme s'ils jouaient à saute-mouton avec le vide) qui sauvent le monde une foultitude de fois : quelles sont donc leurs qualités, celles que tout mec devrait aspirer à avoir afin de mériter d'être qualifié de "un homme, un vrai" ?

 

  Tenons-nous en d'abord aux caractéristiques physiques et primaires.

  En dehors de leur démarche chaloupée, il y a une chose qui ne manque jamais : la force. Un homme, c'est fort. Bon, là les mecs, vous avez de la chance, votre physiologie vous donne quand même pas mal de chances d'être plus forts que nous.

  En plus d'être forts, ils sont beaux. Enfin, on veut nous faire croire qu'ils le sont, parce que je ne vois pas comment on peut réellement trouver beau le regard bovin de Thor. Montagne de muscles ou pas (il parait que c'est esthétique, ça, aussi), il a le sourire freedent (normal, ils ont de quoi se payer le meilleur dentiste de la planète...).

  Et puis, en plus d'être forts et beau, ils ont quelques poils (mais pas trop quand même, faut pas déconner non plus), surtout dans la figure (le genre de trucs absolument proscrit sur une femme parce que c'est sale, mais sur un mec, tout d'un coup, c'est très bien). En aparté, je vous l'avoue : sur un mec, c'est pas agréable non plus, les poils. Ca pique. Eh non, les poils ne changent pas de propriétés selon le sexe de l'humain sur lequel ils poussent.

  Et puis quoi d'autre encore ? Ah oui, un homme, ça sait cracher. Ca a même besoin de cracher ses valdas, de temps en temps, parce que ça lui permet aussi de montrer qu'il sait viser et qu'il est fort en "expectoration" comme dirait Gaston dans la Belle et la Bête. Moi, quand je crache, ça atterri sur mes chaussures, en général, ou alors j'ai juste un filet de bave ridicule qui me pend de la bouche (je sais, je te fais rêver).

 

  Et la personnalité, alors ? Quelles sont les qualités humaines et intellectuelles de cet homme ? Tout d'abord, notons que plusieurs variantes du mâle dominant sont proposées. Pour les étudier, nous allons observer quelques cas d'école, si vous le voulez bien.

  Il y a tout d'abord le grand classique : le mec un peu bourru, un peu macho, mais qui assure un max, et qui, sous ses airs de dur à cuire, a un petit coeur tout mou qui n'attend que de se mettre à notre service pour révéler toute la grandeur d'âme de notre homme. L'exemple type, c'est Han Solo. La première fois qu'on le voit, il fait son intraitable qui bute Greedo (non, non, c'était pas juste pour se défendre, nomdidiou !). Et dès qu'il a fini, il vient rouler des mécaniques avec son super bolide qui va super trop vite et que du coup, vas-y que je te sème tous les méchants ! Ce genre d'hommes a effectivement un certain penchant pour les bolides rapides. C'est leur façon à eux de montrer que ce sont eux qui ont la plus grosse. Et puis, miss Bretzel débarque, et notre homme se révèle héroïque et chevaleresque : il défend les valeurs de la démocratie, de la fraternité, et du chopage de princesse en manque.

  Amusons-nous à trouver d'autres exemples : Wolverine (et sa mobylette), Iron Man (et son armure débridée - dans tous les sens du terme), le capitaine Kirk (et son Enterprise), James Bond (et ses innombrables voitures de luxe qu'il pète au bout de 10 minutes, parce que les services secret sont bourrés de tunes et ne savent pas comment s'en débarrasser), Lucky Luke (et son cheval blanc, en plus, lui il peut faire genre c'est le prince charmant), Aragorn (encore un qui aime bien se balader à cheval pour épater les filles - mais lui, c'est un vrai prince, au moins), Jack Sparrow (et son navire plus rapide que le vent), Korben Dallas (et son taxi défoncé), Batman (et sa batmobile)...
   Ensuite, il y a le plus consensuel, moins macho, mais aussi moins viril et donc potentiellement moins séduisant : le gentil qui croit dur comme fer que le bien doit toujours gagner. Dans cette catégorie, on peut ranger le très niais Luke Skywalker. C'est aussi dans celle-ci qu'on retrouve Robin, Legolas, Will Turner (pourquoi c'est tout le temps Orlando Bloom ??), Spiderman et autres gugus en collants qui veulent répandre l'amour et la paix sur Terre. Bon, je force le trait, mais c'est pour que vous voyiez l'idée. Ce mec là, c'est quelqu'un d'intègre, de courageux, de foncièrement bon et généreux, mais il a zéro charisme. Des fois, on dirait qu'il a été conçu en 2D alors que tous les autres sont passés à la 3D direct (encore que...).

  Ben dites, c'est pas bien glorieux tout ça...

   Et du côté des méchants, est-ce qu'on trouve des créatures moins superficielles ?

  Ah bah là, t'as deux options : soit t'es le décérébré qui braille "tout péter, j'veux tout péteeeer" (un peu comme Emmerich, tiens, mais bon, je dis ça, je dis rien) du genre Sauron ou tout nazi de fiction qui se respecte (mais ce genre est en perdition), soit t'es l'espèce de gros cinglé trop flippant, du genre mégalomane, machiavélique, sournois, schizophrène, paranoïaque, pervers narcissique... mais toujours psychologiquement tellement torturé qu'on pourrait presque apercevoir les noeuds dans ta tête à travers ta peau.

  Notons que le deuxième fournit quand même, en général, les personnages les plus fouillés de la fiction pop culture. Et après, on s'étonne que les filles choisissent les salauds...

  Terminons cette catégorie avec mes exemples favoris : tous les méchants de Gary Oldman (c'est presque le méchant le plus sexy de l'histoire des méchants fictifs), Dark Vador (parce que c'est lui le méchant le plus sexy), Loki (je t'ai pas déjà dit à quel point je l'aime, lui ?), le Joker, Magneto... que des mecs qui ont la classe, en fait.

 

  Résumons : nos pauvres mecs se retrouvent avec, en guise de role models, soit des parfaits crétins un peu niais ou gentiment machos, soit des types obsessionnels et malsains.

  Eh beh, c'est pas gagné...

 

Commenter cet article
K
C'est pour ça je compte créer un nouveau style de mec.
"Des mecs, des faux" :) Mais bon ça deviendra mainstream un beau jour, alors on se fera de nouveau appeler "des hommes des vrais".

*le me when i think about it : :DDDD
Répondre
R


"Des mecs, des faux" xD, j'aime bien le concept !
Je serais curieuse de savoir quelles sont leurs caractéristiques.