Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Reika's place
  • Reika's place
  • : Du cinéma, de la littérature, et un peu de féminisme au milieu.
  • Contact

Recherche

5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 13:31

 

  La dernière fois je vous ai fait toute une analyse de Titanic, et puis je l'ai revu deux jours plus tard, et j'ai constaté que j'avais fait quelques erreurs. Mes souvenirs n'étaient pas très bons, mais ça ne change heureusement rien à mes conclusions et à ma théorie. Néanmoins, je préfère tout de même corriger ces erreurs, des fois que vous prendriez ma parole pour la vérité vraie du monde (on peut toujours rêver n'est-ce pas).

 

  Première chose, qui n'est pas tant une correction qu'une précision : je disais que dans la salle de sport, ce brave Jack expliquait à Rose qu'il ne voulait pas voir mourir cette étincelle qu'il voyait en elle. La formulation exacte est en réalité la suivante : "ce feu que j'aime en vous va mourir". Je pense que cette phrase parle d'elle-même, je n'ajouterai donc rien.

  En revanche, la suite de la conversation est intéressante, car Rose lui rétorque : "Ce n'est pas à vous de me sauver". Cette phrase illustre bien son besoin de reprendre possession de sa vie. Histoire de bien enfoncer le clou, celui-ci confirme : "Vous avez raison, vous seule pouvez le faire". Jack ne peut que la soutenir et l'encourager, par amour, mais il ne peut pas prendre les décisions pour elle, ni faire les choses à sa place (de toute façon, quand il essaie, elle s'y soustrait, comme quand elle se casse du canot dans lequel il l'avait mise). Et Rose ne peut mieux mettre cela en pratique qu'à la fin du naufrage, lorsqu'elle est livrée à elle-même sur sa planche, le cadavre de Jack à son bras, et qu'elle trouve un moyen d'attirer l'attention des secours. Pour pouvoir le faire, elle doit atteindre un staffmember mort flottant non loin de là, afin d'utiliser son sifflet. Mais elle ne peut pas quitter la planche (qui est en fait une porte), car la raideur cadavérique de la main de Jack emprisonne la sienne. Un geste brusque mais nécessaire lui permettra de se libérer de cette emprise qui aurait pu s'avérer fatale si la niaiserie avait pris le dessus sur son instinct de survie.

 

  Je passe donc aux corrections proprement dites.

  Dans la scène où sa mère lace son corset, aucune observation n'est faite quand à cette activité, contrairement à ce que je croyais, mais Rose fait quand même bien la grimace à chaque fois que sa mère serre violemment, donc cette petite erreur n'enlève rien à l'interprétation que j'avais faite de cette scène.

  Enfin, ce n'est pas Rose qui déclare à Jack qu'elle souhaiterait apprendre à monter à cheval comme un homme, c'est lui qui le lui suggère, après qu'elle lui ai raconté avoir envie de partir à l'aventure et de ne pas savoir de quoi le lendemain sera fait. C'est bien elle qui parle de crachat par contre, suite aux suggestions de Jack, emportée par son enthousiasme.

 

  Et sinon, maintenant que je l'ai revu pour la troisième fois cette année (et en 3D sur ma télé, trop classe), je peux vous assurer encore une fois que vraiment, j'adore la tronche appliquée de Kate Winslet quand elle apprend à cracher.

Partager cet article

Repost 0

commentaires