Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Reika's place
  • Reika's place
  • : Du cinéma, de la littérature, et un peu de féminisme au milieu.
  • Contact

Recherche

19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 20:35

 

  Bonjour bonjour !

 

  Aujourd'hui, je suis allée au cinéma, voir les nouveaux exploits de l'homme-araignée.

  Ce film m'a fait réfléchir.

  Déjà, il m'a fait penser que j'en ai marre de ces branleurs de français qui disent "spidère" et pas "spaïdeur" parce que si ça se prononçait comme ça, ça serait écrit "speeder", et ça aurait, par conséquent, un sens tout à fait différent. Dites, les gens, si vous voulez à tout prix franciser son nom... appelez le l'Homme-Araignée. Merci. Je veux dire, Iron Man, vous dites bien "aïron", non ? Alors pourquoi faire subir ça à ce pauvre Peter Parker ? Qu'est-ce qu'il vous a fait ? C'est parce que vous aimez pas les araignées ?

  D'ailleurs, ça me fait penser que j'ai bloqué sur le générique. Oui parce que moi, bêta comme je suis, je me suis juste dit, "trop coule, je vais au cinéma, ça va être bien, effets spéciaux, beau gosse dans un costume moulant sexy, toussa toussa". Mais j'avais pas pensé qu'il y aurait aussi des araignées. J'ai donc été servie en araignées dès le générique, et c'est au moment où j'ai eu envie de protester en pleurant contre l'abruti qui m'infligeait ça, que j'ai réalisé qu'il fallait s'y attendre quand on va voir un film avec pour héros un mec qui a de l'ADN d'araignée dans le corps.

 

  Mais sinon, c'est vrai qu'il est sexy, le nouveau Peter.

 

http://images.allocine.fr/r_640_600/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/83/19/35/20159236.jpg

 

 

 

  Au moment où le reboot a été annoncé, les fans se sont inquiétés et encore maintenant, on peut se demander quel était l'intérêt de recommencer depuis le début. La partie dans laquelle Spidey découvrait sa transformation était très réussie dans le premier film de Sam Raimi, je la trouvais même assez drôle, et donc je me demandais comment ils auraient pu faire ça d'une manière assez radicalement différente pour que ce soit intéressant. Sans que la chose me paraisse transcendante, ils s'en sortent la tête haute. 

  On ne peut pas vraiment dire que ce film apporte beaucoup de choses à ce héros. Le scénario n'est pas époustouflant sans être dramatiquement mauvais, c'est bien filmé sans surpasser particulièrement les précédents, le méchant fait un peu peine (mais moi les méchants de films de super-héros me font toujours de la peine - sauf le Joker). Les idées, la morale de fond, ne varient pas tant que ça. On retrouve le même thème central sur l'importance de prendre ses responsabilités par rapport aux autres, sur lesquels nos actes ont toujours un impact. J'aime bien cette idée comme quoi on est responsable des conséquences de nos actes sur les autres, et c'est pourquoi j'ai toujours apprécié ce héros, malgré mon arachnophobie exacerbée. Je suis contente qu'elle soit toujours là, et qu'elle soit l'objet d'une certaine insistance et d'une construction scénaristique intelligente, mais dans le fond, ce n'est pas une nouveauté.

  Pourtant, je crois bien que je préfère ce Spider-Man là. Je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

 

  Pour commencer, j'avais envie de réfléchir à cette question parce que pendant le film lui-même, je me suis surprise à me dire que j'avais envie de savoir la suite, et que je voulais pas que ça s'arrête. C'est plutôt bon signe, et ça ne m'arrive pas si souvent.

  J'adore l'aspect visuel du film. Vraiment. Je l'ai pas vu en 3D donc je ne peux pas vous dire ce qu'elle vaut (pour tout vous dire, je n'y tenais pas), mais je l'ai trouvé très beau en 2D. C'est peut-être bête mais je suis assez sensible à l'image et aux couleurs. Le costume de Spider-Man, pour rester dans les choses qui accrochent l'oeil, me plaît vraiment beaucoup. J'ai retrouvé le souvenir que j'avais de ce héros quand je regardais la série animée, petite. A ce sujet, je crois même que je préfère Andrew Garfield à son prédécesseur (et pourtant, c'était pas gagné). Sa silhouette longiligne, élancée, et la souplesse du personnage lors des séquences où il se déplace tel une araignée, collent parfaitement au Spider-Man que je connaissais.

 

  En ce qui concerne les personnages, d'ailleurs, Garfield nous livre un Peter Parker plus sexy que le précédent (mention spéciale à ses fesses divinement moulées par son costume...), et beaucoup plus taquin. Il nargue les petits voyous qu'il neutralise, et c'est assez drôle. Ce côté facétieux du personnage m'avait manqué dans les films de Raimi, et je suis heureuse de retrouver ce trait de caractère qui me plaisait tellement dans le héros de mon enfance.

  Je suis aussi très heureuse du choix de sa petite-amie. Je vais être franche : je n'ai jamais aimé Mary-Jane, d'aussi loin que je me souvienne. La trilogie de Sam Raimi m'avait donné l'occasion de me réconcilier un peu avec son personnage (mais juste dans le premier, après elle redevient chiante), mais au fond, je l'ai toujours trouvée un peu superficielle et elle me brisait les ovaires dans la séries animée. Je comprenais jamais pourquoi Peter s'acharnait tellement à lui courir après. Gwen, au contraire, c'est une femme brillante, intelligente, perspicace... incarnée par une actrice que j'aime bien, en plus... et c'est parfait comme ça. Merci, Marc Webb.

 

  Il y a quand même un truc qui m'a fait tiquer dans cette version.

  Un truc qui a fait tiquer la féministe en moi.

  Les personnages féminins sont géniaux, et on les retrouve coincées dans des rôles de faibles créatures qui ont besoin de la protection masculine, ne serait-ce que pour récupérer des oeufs. En effet, les personnages masculins principaux du côté des gentils se retrouvent tous, à un moment donné, à les protéger sans leur demander leur avis. Il va sans dire que cette protection consiste essentiellement à les écarter de l'action. Ainsi, l'oncle de Peter n'écoute même pas tante May quand elle commence à lui expliquer qu'elle est assez grande pour rentrer seule chez elle le soir. Non, il fallait la protéger, c'est inadmissible. Comment Peter, cet inconscient, a-t-il osé mettre ainsi en danger sa tante, la forçant à se promener seule dans la rue ?

  De même, le père de Gwen décide pour elle que c'est lui qui va aller aider Spidey (même si au fond, sans elle, ils n'y seraient jamais arrivés, parce que le cerveau... bah, c'est elle, quoi), pour qu'elle puisse sagement rentrer à la maison, à l'abri.

  Comme si les femmes n'avaient pas leur mot à dire sur les risques qu'elles sont prêtes à encourir pour sauver les autres, ou sur un plan nettement plus basique, comme si leur propre sécurité ne les concernait pas assez pour qu'elles y réfléchissent elles-mêmes.

  Ce qui me rassure un peu, c'est que tante May proteste au lieu de se plaindre que Peter ne l'a pas protégée, et que Gwen n'a pas l'air ravie que son père l'écarte de l'action à base de "je suis l'homme de la famille, c'est moi qui doit y aller". Du coup, je me demande si ce sexisme est aussi celui des scénaristes, ou s'il est simplement attribué aux personnages masculins, pour qu'on puisse nous montrer, par la suite, les femmes qui se rebellent contre cet ordre des choses. En ce qui me concerne, je trouve que Gwen a la personnalité idéale pour incarner une présence féministe dans la suite de l'histoire, et j'espère bien que ce sera le cas.

 

  J'ai donc hâte de voir la suite.

 

 

Crédits : Allociné

Partager cet article

Repost 0

commentaires